© 2019 par AGEFOS PME Grand Est

S

comme...

SEO est l’acronyme de Search Engine Optimization et peut être défini comme l’art de positionner un site, une page web ou une application dans les premiers résultats naturels des moteurs de recherche. En français, le SEO est désigné par le terme de référencement naturel. Dans le contexte Français et occidental, le SEO consiste essentiellement à « coller » aux « exigences » et modes de fonctionnement de Google qui concentre de 75 % à plus de 90 % des requêtes de recherche selon les pays. La position dans les SERPs est obtenue à partir du score de pertinence attribué à la page par l’algorithme du moteur de recherche sur une requête donnée. Elle n’est pas la résultante d’un paiement fait au moteur de recherche contrairement à ce qui se passe avec l’usage des liens commerciaux. Le SEO constitue avec les liens commerciaux (SEA) les deux grandes composantes du search engine marketing (SEM = SEO + SEA). Sur les requêtes visées, la position obtenue se doit d’être en première page, car lors de la majeure partie des requêtes, c’est la seule page consultée. Le Graal du référenceur ou expert SEO fut longtemps la première position mais, désormais, il peut même s’agir d’obtenir la position zéro. Cette tendance devrait d’ailleurs se renforcer avec la montée en puissance des requêtes vocales pour lesquelles il ne s’agira pas d’être vu mais entendu. Plusieurs centaines de critères sont pris en compte par l’algorithme de Google. La nature de ces critères et leur importance varient dans le temps en fonction des évolutions de l’algorithme et des filtres de Google. Ils varient également selon le contexte et la nature de la recherche (requête locale, requête image, requête d’actualité, etc.). Le SEO est ainsi désormais décliné en SEO local, SEO vidéo, SEO d’images, SEO d’actualités, etc. On parle également de blackhat SEO, lorsque les pratiques mises en oeuvre sont discutables et/ ou contraires aux recommandations Google. Les grands domaines du référencement naturel ou SEO sont : – Les éléments techniques ou d’infrastructures (nom de domaine, optimisation crawl, conformité code, etc.) – Les éléments d’optimisations de contenus des pages (on-page SEO) – Le développement et l’optimisation de liens externes (backlinks) à travers les pratiques de netlinking. Idéalement, la démarche SEO doit être conduite en amont du lancement d’un site web. Pour les sites déjà en place, elle fait généralement suite à un audit SEO. La maîtrise du SEO nécessite des compétences techniques et marketing et une activité de veille continue pour faire face aux évolutions incessantes des algorithmes. Elle comporte évidemment de très nombreux aspects techniques, mais le rôle de la stratégie et des « bonnes idées » SEO ne doit pas être sous-estimé. Au sein des grands sites marchands, les équipes SEO travaillent en étroite relation avec la DSI. L’optimisation du référencement naturel peut également être pris en compte par des experts ou agences spécialisées. Même si le SEO reste un pilier le plus souvent incontournable du « mix marketing digital », il est a noter qu’il subi un phénomène d’érosion incontestable en tant que source de visites car la place accordée aux résultats naturels à tendance à reculer face aux liens commerciaux. A ce sujet, voir un billet de blog consacré à la baisse tendancielle du potentiel SEO.

SEO

Le SEM est l’acronyme couramment utilisé par les professionnels pour désigner le Search Engine Marketing. Il s’agit donc du marketing des moteurs de recherche dont l’objectif est de « profiter » des énormes volumes de requêtes effectuées sur les moteurs de recherche qui représentent un enjeu financier et marketing très important. Dans le contexte français, plus de 90 % des enjeux du SEM sont liés aux requêtes effectuées sur Google. Le SEM regroupe donc les deux formes de présence sur les moteurs de recherche qui sont les liens commerciaux et le référencement naturel ou SEO. SEM = SEA + SEO. La formule fut un temps élargie sous la forme : SEM = SEA + SEO + SMO (Social Media Optimization), mais la notion de SMO a peu de sens et ne relève pas de la même approche. Par une certaine approximation de langage, le terme de « Search » est parfois utilisé pour désigner uniquement et de manière plus restrictive le marché des liens commerciaux. Dans ce cas, le terme de SEA semble plus adapté.

SEM

Le spam désigne l’envoi, généralement massif et non ciblé, de messages commerciaux par e-mail à des individus n’ayant jamais donné leur consentement (optin). Le terme de spam désigne aussi le message ainsi envoyé. Les adresses utilisées pour des actions de spam sont généralement capturées sur Internet par des logiciels spécialisés, créées automatiquement ou achetées à très bas prix. Depuis la Loi LEN de 2004, le spam est une pratique illégale en France. Malgré des taux de retour très bas, le spam est hélas le plus souvent rentable grâce au coup marginal quasiment nul d’envoi des messages. Des chercheurs californiens ont estimé qu’en 2011, il fallait en moyenne envoyer plus de 12 millions de messages de spam pour vendre 100 g de Viagra. La plupart des messages de spam n’est jamais lue par les destinataires, car elle est filtrée par les fournisseurs d’accès et les webmails. Certaines études estiment ainsi que plus de 80 % des messages email envoyés dans le monde sont des messages de spam. Le terme de spam est également utilisé dans le domaine du référencement naturel (SEO) pour désigner des pratiques contraires à l’éthique ou aux recommandations des moteurs de recherche (recommandations Google notamment).

Spam

Dans un contexte du marketing B2B et de la gestion des leads, SQL est un sigle anglais signifiant « Sales Qualified Lead ». La traduction française approximative du terme peut donc être « un contact commercial qualifié par les ventes » ou « lead pour les ventes ». Un SQL est donc un MQL qui a été qualifié par un commercial (appel téléphonique, échange d’emails, etc) et qui « mérite » d’être ensuite traité plus en profondeur par les ventes. Tous les MQL ne deviennent donc pas des SQL car certains individus ayant complété des formulaires peuvent s’avérer après un contact commercial ne pas être de réels prospects. La distinction MQL / SQL est liée au triptyque TOFU / MOFU / BOFU.

SQL

SSII est l’initiale de Société de Services en Ingénierie Informatique. Le terme de SSII a été officiellement remplacé par celui d’ ESN ( Entreprises de Services Numériques) en 2013 pour prendre en compte l’évolution de l’univers de prestations et notamment la capacité revendiquée par ces acteurs à développer des projets web et mobile. Le changement de terme a été porté et promu par le SYNTEC.

SSII

Le streaming est la technique de diffusion multimédia permettant à l’Internaute de commencer en quelques secondes à visualiser un fichier son ou vidéo sans attendre son téléchargement complet avant lecture. La technique du streaming a permis de réduire considérablement les temps d’attente et est désormais le standard de diffusion vidéo. La généralisation du streaming a été rendu possible par le développement de la bande passante.

Streaming

SWOT est un moyen mnémotechnique utilisé pour retenir les éléments d’analyse stratégique de la méthode SWOT. L’analyse SWOT est une méthode classique d’analyse stratégique.

SWOT

SEA est un acronyme pour Search Engine Advertising qui signifie littéralement publicité sur les moteurs de recherche. Le SEA désigne donc l’utilisation de liens commerciaux ou publicitaires sur les moteurs de recherche. Dans le cadre du SEA, l’espace publicitaire est principalement acheté à la performance au clic en ciblant des requêtes précises grâce à des mots clés. (voir plus de détails sur liens commerciaux). Dans le contexte français, l’essentiel des investissements des annonceurs dans le domaine du SEA se fait sur Google à travers sa plateforme de liens commerciaux AdWords qui concentre probablement plus de 90% des investissements. Au sein des budgets SEA investis sur la plateforme AdWords, le format PLA prend de plus en plus d’importance face aux annonces classiques prenant la forme de liens commerciaux au format texte. Le SEA est une des deux composantes du search engine marketing (SEM) avec le référencement naturel (SEO). On obtient donc la « formule » : SEM = SEO + SEA Selon les données de l’observatoire de l’e-pub (SRI / Udecam), le SEA sur ordinateurs et mobiles représentait un chiffre d’affaires de 1,893 milliards d’€ sur l’année 2016 pour 55% des investissements en publicité digitale. Pour la même année, l’estimation du marché français du SEA par Kantar Media était de 1,54 milliard d’€ pour 49 milliards d’impressions annuelles (affichages d’annonces), 2,640 milliards de clics et un taux de clic moyen d’environ 5%.

SEA

Le search retargeting est le terme anglais couramment utilisé pour désigner les techniques de reciblage mots clés. Les pratiques de search retargeting consistent à personnaliser les pratiques de reciblage en établissant des scénarios basés sur les mots clés utilisés par les visiteurs venant des liens commerciaux AdWords. La première étape est d’identifier le mot clé utilisé dans la requête ou l’annonce ayant amenée initialement le visiteur. Celui-ci est ensuite reciblé en utilisant un message et éventuellement une landing page personnalisés en fonction du mot clé lié à la visite initiale. Dans le cadre des pratiques de search marketing, le mot clé peut également être employé pour décider ou non de recibler l’individu et pour savoir à quel prix effectuer le reciblage.

Search retargeting